Rencontre avec Christophe Deschamps


Interview réalisée le 8 décembre 2003, par Bastien CANAS

Ce n’est pas sans mal et quelques peurs que j’ai réussi à rencontrer Christophe Deschamps, lors d’un passage à Toulouse avec la Tournée Fan de Pascal Obispo…

Nous sommes donc le 8 décembre 2003, lendemain du concert ! … Je suis avec Virginie pour les photos, et Audrey pour la prise de son. Direction Hôtel de l’Opéra, Place du Capitole en plein centre de Toulouse.

On rentre, assez timidement et impressionnés, dans l’Hôtel. Nous patientons quelques minutes, et Christophe arrive. On prend place dans un salon !

Christophe démarre la conversation en demandant qui est allé au concert la veille. Virginie y était … ils discutent un peu de la mise en scène, et de quelques détails de la soirée !

Il est surpris par la quantité des questions ! Je lui répond que c’est juste un plan … « Mais il n’y a pas de problèmes ! Je vais répondre par oui ou par non (rires) »

Puis les premières questions arrivent …

Comment es-tu devenu le batteur de Jean-Jacques Goldman ?

C’est lui qui m’a appelé juste avant l’album Quand la musique est bonne, je crois que c’était dans les années 81. Moi déjà je venais d’arriver sur Paris et je commençais à être connu comme batteur de studio. Lui il était pas du tout connu parce qu’il avait fait « Il suffira d’un signe » mais c’était pas super connu à l’époque. Il m’a appelé pour faire l’album, moi je le connaissais pas du tout, et je lui ai dis « oui pourquoi pas ! », et donc je suis allé faire son album, et après c’est devenu la star qu’on connaît ! Donc c’est lui qui m’a appelé, moi je ne le connaissais pas !

Et avant de devenir son batteur, tu jouais avec qui ?

Je venais de Rouen, et j’ai démarré en faisant des séances à Paris… La première personne avec qui j’ai commencé à jouer c’était Bill Derem qui est un bluesman, et la première personne connue avec qui j’ai joué c’était Eddy Mitchell. Et donc Eddy Mitchell ça a été une super vitrine pour moi. Comme j’étais très jeune, je me suis fais remarqué, et je me suis fais connaître. Après c’est de fil en aiguille : quand tu fais des séances studio, tu te fais recommander par un musicien et après c’est boule de neige ! Cest pas tout d’un coup avec une personne que tu te fais connaître !

Dans quelle tournée as-tu pris le plus de plaisir ? Avec JJG ou un autre artiste.

Moi je dirais toutes les tournées de Goldman, elles sont au top ! Je dirais mêmes les 3 dernières, et la dernière encore plus ! Mais à chaque fois qu’il y en a une c’est encore mieux donc …

Ben sinon avec Pascal … Je ne tourne en ce moment qu’avec Pascal et Jean-Jacques !

Et justement sur la dernière tournée … la scène qui se lève ! Impressionnant ?

Au début c’était impressionnant. La première fois c’est vraiment impressionnant !!! Ca fait peur quoi … La première fois où on a essayé ça s’est très bien passé, on se rendait pas compte je crois ! Et puis après quand on a commencé à le faire vraiment régulièrement c’était vraiment impressionnant ! Au fur et à mesure on s’habitue à tout. Après ça faisait le tour de manège : tous les soirs on attendait que ça arrive avec impatience ! C’était rigolo. On savait qu’il pouvait rien nous arriver. Et puis après dès qu’il y a les éclairages, la magie du spectacle, ça devient autre chose. C’est beaucoup plus impressionnant quand on le fais l’après midi, en plein jour, tu vois plus le coté technique, alors que le soir tu vois plus le coté magique !

Sur cette tournée qu’est ce qui t’a particulièrement marqué, mis à part la scène ?

C’était la qualité du Catering. Le Catering c’est les cuisines qui nous suivent et qui font à manger pour tout le monde. Mais c’était carrément un buffet monstrueux tous les jours ! C’était incroyable.

Sinon il y a aussi le fait que ça plaise au public. Nous on se rend pas trop compte si c’est bien ou pas. On le voit de l’intérieur. Nous, on verra jamais le concert avec les éclairages. On s’en rend compte que quand on regarde le DVD plus tard. C’est la première fois qu’on voit le spectacle !

Et ça t’as fais quoi de te voir ?

Je ne l’ai pas vu encore. (Rires) Je n’ai pas eu le temps de le voir encore, mais je le garde pour une soirée d’hiver. Un soir je vais me faire « bon allez, je vais au concert de Goldman ! ».

Tout le monde me dis « ouais pourquoi t’es pas dans les interviews ? ». Je me rappelle plus trop, mais j’étais sûrement en train de préparer la tournée Fan. Ils l’ont décidé vraiment au dernier moment et m’ont dit « voilà on fait les interviews pour le DVD cet après-midi » et je pouvais pas !

Et sinon Scossa ? Quel a été … Ben j’ai pas vu. Il parait qu’il y a quelques images sur lui ! C’est un des techniciens qui s’occupe de nos instruments.

Et donc, quel a été ton déguisement préféré ?

Oh ! Le buisson !!! Incroyable ! Tout d’un coup tu vois un buisson ! Il était vraiment bien caché ! R2D2 c’était pas mal aussi ! Sinon il venait en string aussi, ou en kilt avec rien dessous !

Y a t’il une chanson que tu attendais particulièrement ?

Non. Je ne sais pas quelle est la chanson que je préférais faire ! Il n’y en a pas une qui me vient à l’idée ! C’est l’ensemble du spectacle. Je ne suis pas trop conquis pas son dernier album. Moi je préfère Jean-Jacques sur scène que sur ses albums. Je trouve qu’ils sont moins bien au niveau du son, des arrangements que ce qu’il se passe sur scène ! J’écoute des morceaux comme Poussière, ils sonnent bien mais sur le disque studio franchement j’aime pas ! La composition est bien, mais au niveau percussions … Et je ne dis pas ça parce que je ne fais pas la batterie sur le disque ! Il pourrait très bien prendre un autre batteur pour que ça sonne bien, mais je trouve que ça sonne pas bien tel que c’est ! C’est un avis personnel …

C’est vrai que les arrangements sur le concert c’est autre chose !

Sur le concert ça lui va bien ! En plus c’est humain. Jean-Jacques c’est un mec tellement humain qu’il vous donne une musique humaine ! Il n’a pas besoin de musiques faites à l’ordinateur ! C’est un paradoxe chez lui que je ne comprends pas trop !

Au fait, dans la présentation des musiciens, c’est toi qui as choisi J’irais au bout de mes rêves ?

Ouais !

Pourquoi ?

Par ce que j’adore cette chanson !

Ce n’était pas une sorte de message ?

Non non … C’était une chanson sur laquelle j’avais joué sur l’album, Quand la musique est bonne, et j’ai toujours aimé cette chanson. Je me rappelle même qu’il y avait quelqu’un qui l’avait pris, je crois que c’était Jacky, mais je lui ai dis « Non ! J’aimerais bien faire celle-là ». Je me la suis accaparée très vite !

Et est-ce que tu crois que c’est à cause de ton absence qu’ils se sont permis de faire une faute sur ton prénom dans le générique ? (Rires)

A un moment il y a quelqu’un qui a été moins professionnel et qui a oublié de relire ses notes !

Il y avait déjà eu une erreur sur la pochette de l’album live, Tournée avec 2 N !

A mon avis c’est de la vrai négligence, pas importante, mais de la négligence quand même !

Parlons de ta carrière solo … Il y avait eu un album Connivences, et un second il me semble …

… et un second qui n’est jamais sorti !

A quand le troisième album ?

Moi ce que j’adore c’est écrire des chansons, les chanter et les enregistrer. Après faire le service après-vente ça je déteste ! A la limite ce qui me convient c’est ce que j’essaye de faire, et je le fais en ce moment, c’est d’écrire et de placer des textes. Ca me plaît vraiment ! Alors des fois quand on écrit des chansons, on en a qui sont implaçables pour diverses raisons, pas parce que c’est pas bien, mais parce qu’il y a personne a qui ça pourrait correspondre. Alors je me dis que peut être un jour celles-là je les ferai, et peut être je les mettrai sur le net ou je ferai un album tout simplement qui coûterait pas cher et que je pourrais trouver une distribution sans trop de problèmes ! Je sais pas … Pour l’instant je stocke et on verra.

Un peu plus de 10 ans après ton premier album, quel regard portes-tu dessus ? J’ai vu que sur ton site tu as marqué « sans regrets ».

Franchement j’adore cet album ! Le second je l’ai raté complètement. Le premier, je l’adore toujours. Il a pris un coup de vieux au niveau des arrangements et au niveau de la voix.

C’est marrant parce que j’ai reçu quelques mails me disant « dis bien à Christophe que son album est super ! – les chansons sont indémodables … – son album me plait beaucoup ».

Mais par contre les chansons sont super ! Je pense que les textes sont vraiment biens, les musiques aussi ! Je les trouve supers. Je le revendique, à mort !!!

J’ai pas trop eu l’occasion de l’écouter, cependant hier soir j’ai écouté Idoles, idoles …

J’aime bien la chanson, je trouve qu’elle est efficace, j’aime bien le texte aussi mais … là c’est le son et la façon dont je chante, c’est clair que je suis pas un super chanteur et j’en suis conscient. C’est une des raisons pour lesquelles je ne continue pas. C’est évident ! On le saurait si j’étais bon chanteur !

Tu as récemment composé un titre pour Natacha St Pier. Comment ça s’est passé ? Tu lui as proposé, elle t’a demandé ?

Non. C’est parce qu’en fait je travaille avec Pascal Obispo. Il est donc chanteur, producteur et il est aussi éditeur. Un éditeur c’est quelqu’un qui gère des chansons. Donc lui il a toute une équipe de compositeurs et d’auteurs et c’est lui qui provoque ça. Moi j’avais déjà écrit une chanson, et il savait que j’écrivais. Il m’a dit « tiens si tu veux, viens dans notre team, notre équipe » et il organise des séminaires où on part pendant 15 jours dans une maison et on s’enferme avec une dizaine d’auteurs et compositeurs, et on fait des chansons. Il en ressort une soixantaine de chansons et lui il gère ces chansons. Et c’est aussi lui qui va les vendre. Entre autres, Natacha St Pier dont il s’occupe, ben il fait son marché dedans. C’est normal. Lui il place ces chansons là, et moi j’en ai une qui a été choisie dedans, comme j’en avais une pour Jenifer de la même manière.

Et l’écriture des chansons, ça te tenterait ?

Non ! Je m’en sens pas capable du tout. Autant la musique je me sens capable, mais l’écriture non !

Y a-t-il un artiste avec qui tu souhaiterais collaborer ?

Français ?

Oui … ou autre !

Autres il y en a pleins évidemment ! Mais dans les Français non … Franchement … Parce que tous les trucs un peu trop rock ça me fais vite chier. J’aime bien le côté Variétés quand même. J’aime bien les trucs de Variétés avec esprit Rock, ou je peux m’exprimer, avec des chanteurs comme Jean-Jacques ou Pascal car ils me laissent exister, moi batteur un peu Rock et avec ma manière de jouer. Si j’étais bridé derrière quelqu’un, je ne le ferais pas ! J’ai déjà refusé des choses avec des gens ou je sentais que je pourrais pas être moi-même. Mais bon … dans les Français il n’y en a pas ! Je pourrais te dire Cabrel que j’apprécie beaucoup, mais c’est trop intimiste pour moi ! Moi je joue fort donc il me faut un truc ou je peux vraiment délirer. C’est quelque chose que j’aime chez Pascal : plus on va faire le con, plus il va être content, en restant évident carré et professionnel.

Et y a-t-il une personne auprès de qui tu aimerais bien placer une de tes musiques ?

Ben la il y en a pleins ! Tous ceux qui veulent mes musiques ! Je suis pas difficile à ce point là. J’en suis pas là. Si j’étais très demandé, que tout le monde voudrait mes musiques, je pourrais faire le difficile et dire « bon toi oui, toi non ». Non, la c’est ouvert : servez vous !

Actuellement tu es en tournée avec Pascal Obispo. Tu joues de la guitare sur 2 titres (L’île aux oiseaux & Ma liberté de penser). Tu joues couramment de la guitare ?

Non … je joue un petit peu, mais très très mal. On cherchait une idée pour que ce soit un petit peu différent. J’ai dis « si tu veux, faisons quelques titres tous ensembles à la guitare, ça pourrais être sympa ». On a essayé et ça a marché, mais ça va pas plus loin que ça. Mais bon, je joue vraiment comme une brèle. Je sais faire quelques accords. Bon là j’ai appris le truc, je m’accroche et ça se passe bien, ça va ! C’est pas une frustration que j’ai de rester derrière …

Dans les minutes qui précèdent un concert, tu fais quoi ou penses à quoi ?

Franchement je n’ai aucune concentration particulière. A la limite moins j’en aurais, mieux ce sera. Moi je fonctionne vachement sur les automatismes. T’apprends, tu répètes, et après t’es sur scène … moi j’arrive, je pense à la première minute qui va arriver. Je pense pas du tout à tout le reste. Si je commence à penser que dans une demi heure ou 5 morceaux il y a tel trucs et tout … si je me concentre là-dessus, je pourrais pas me concentrer sur ce qui arrive. Je m’applique à bien faire le truc. Après de mémoire tout suit jusqu’à la fin du concert. C’est tout par automatisme. Je pense que pour les chanteurs c’est pareil : ils apprennent les textes et puis ils ont tellement l’habitude de les faire qu’au bout d’un moment ça sort tout seul ! Et des fois je fais trop confiance à ça. Des fois je peux arriver à me planter parce que justement je sais que je me concentre pas ou je ne pense pas, alors que des fois je peux être distrait ou faire quelque chose … En tout cas je sais que si je peux me planter sur scène, ça viendrait de ça ! Un surplus de confiance en soi !

Une fois que la tournée Fan sera terminée, as-tu des projets ?

Moi mon … j’allais dire mon train-train … ma vie à Paris c’est de faire des séances sur les albums des autres. Et quand il n’y en a pas, j’écris des chansons.

Les jours où il n’y a pas de concerts, tu fais quoi ?

En tournée ? Comme aujourd’hui ? Ben je fais des interviews pour les sites internet. (Rires) Je sais pas, je fais comme tout le monde. Je vais me balader, faire du shopping. Je fais ce que j’ai à faire c’est pas régulier … Comme tout le monde ! Je sais pas, les jours ou t’es de repos, qu’est ce que tu fais ?

Je fais des interviews ! (Rires) Hier soir, vu que tu m’as dis que tu comptais dormir ce matin, t’as fais quoi ? T’es sorti ?

Non non. On est restés là. Ca peut arriver des fois on se fait des sorties mais franchement on évite ! Les nuits blanches j’ai du mal, après il me faut 2 jours ! Autant les concerts je trouve ça assez facile, par contre il faut être en bonne forme. Donc moi mon challenge c’est d’arriver et d’être en forme, parce qu’il te faut filer de l’énergie quand tu es sur scène ! Il faut vraiment que je sois en forme pour donner les 2 heures de concert, je peux pas être à peu près en forme. Ma seule préoccupation quand j’arrive sur scène c’est d’être disponible, avoir la pêche, avoir envie de jouer et avoir du plaisir à jouer ! C’est très important.

D’où te vient ce plaisir de te procurer des batteries décorées, voire assorties à tes vêtements !?

C’est surtout le goût de la personnalisation. Je déteste les batteries standard, que tu achètes dans un magasin et qui ressemblent à toutes les autres. Moi j’aime bien faire en sorte que ce soit mon instrument propre à moi, c’est peut être égocentrique mais … en plus j’aime bien tout ce qui est graphique, ce qui est image. Donc voila je dis pourquoi pas ! Autant rigoler et faire des batteries qui sont un peu marrantes et qui sortent de l’ordinaire ! Ca permets de marquer sa personnalité aussi, de se démarquer des autres peut être. En plus je trouve qu’il y a des trucs supers à faire, ça se fait jamais ! En plus de ça, ça lance pas une mode, mais je commence à voir de plus en plus de batteurs qui commencent à penser à ça. Il y a des mecs qui sont vraiment fans de moi, ils m’envoient des photos : ils ont carrément décorés leur batterie exactement pareil. C’est impressionnant ! On se dit qu’il l’ont vachement bien fait ! Presque mieux que moi ! C’est rigolo …

J’ai lu dans ta biographie que tu étais parti plusieurs années aux Etats-Unis. C’était pour t’imprégner de nouveaux styles musicaux ?

C’était pour une raison simple … C’était il y a longtemps, je débutais. J’écoutais que des disques américains ou anglais et je me disais que c’était pas en France que ça se passait. C’était là-bas. Je voulais aller voir tout simplement ! Par curiosité et pour comprendre, et voir pourquoi c’était comme ça. Et puis quand on a 20 balais on a envie de découvrir des trucs. A l’époque je me disais que je resterais peut être là-bas, mais je me suis aperçu que j’étais moins heureux qu’en France. Et puis en plus j’avais rencontré celle qui allait devenir ma femme. A ce moment là je me suis dis « je rentre en France ! ».

Sur ton site tu mets un sketch de François Pérusse sur les batteries. Est-ce que, comme dans ce sketch, tu as tendance à jouer sur tout ce que tu trouve ?

Quand j’étais petit ouais ! Mon père il gueulait toujours parce que j’avais un couteau et une fourchette. (Il nous fais quelques bruitages pour illustrer) Il piquait des crises de nerfs.

C’est toujours la batterie qui t’a attiré ?

Ouais … à 8 ans j’aimais déjà ! Je dessinais des batteries partout, j’en fabriquais. Et à 12 ans j’ai eu ma première batterie je crois. C’est très bizarre. Je crois que c’est les Beatles qui m’ont fait le déclic. Tout le temps ça a été que ça, jamais je me posais de questions. Et j’ai eu de la chance, enfin je sais pas si c’est de la chance, mais j’ai essayé de faire ça avec intelligence, et j’ai aussi eu de la chance de ne pas avoir de parents qui m’ont mis des bâtons dans les roues. De toute façon comme ils ont vu qu’à l’école c’était foutu … tant pis !

Jean-Jacques en batteur, dans le clip de Tout l’or des hommes, tu l’as vu ?

J’ai pas vu le clip, mais l’autre fois je suis tombé sur Fréquenstar où on voyait les extraits où il jouait avec les baguettes. Il est grotesque !!! (Rires)

Alors là, attention ! Sur le net, beaucoup de questions au sujet de ton âge !!!

47 ans

Et ce succès auprès des filles ? Comment fais-tu ?

Succès !? … (Modestement …)

Oh quand même ! Je vois les filles autour de moi !

Non …non … je fais rien ! Et puis ce succès, c’est surfait !

 

L’interview touche à sa fin … On continue de discuter sur le concert du lendemain à Montpellier, lui étant au Zénith avec Obispo, et Michael Jones étant dans un club de la ville … Puis on parle d’éventuelle prochaine tournée avec Jean-Jacques. Je suis obligé de vous citer ce merveilleux passage ! Mort de rire : « Il va nous refaire un album, on partira et puis on fera les cons ! A mon avis on n’aura plus de cheveux, on sera tous blancs et on sera encore avec lui. C’est ce qu’on se dit toujours avec les autres musiciens de Goldman : Putain, pourvu que quand on sera vieux on soit dans la même hospice. On fera les spectacles de fin d’année à l’hospice, on fera chier les infirmières. (Rires) ».

 

Audrey lui pose une question : Pour les Enfoirés, tu participes jamais ?

Non …

C’est toi qui veux pas ? Ou on te propose pas ?

On me demande pas !

Ca te plairait ?

Sincèrement je pense que ça doit être sympa à faire, mais pas plus que ça parce que le boulot de batteur là dedans c’est un boulot de dingue ! Parce qu’ils ont très peu de jours pour répéter, et c’est beaucoup de medleys avec des changements de tempo tout le temps. Pour les musiciens c’est pas une partie de plaisir. Ils bossent vraiment, ils s’accrochent ! Accompagner Gérard Jugnot qui chante comme un pied …

Ou Arielle Dombasle ?

Encore c’est une chanteuse … J’aime bien ! Enfin bon, c’est un autre métier. C’est autre chose ! Je l’ai fais une année. C’est une expérience. C’est sympa …

 

Voilà ! Cette fois-ci c’est la fin. Un petit autographe pour le site, une séance photos …


 

Merci à Christophe pour m’avoir consacré une partie de son temps, Audrey pour le son et Virginie pour les photos et la correction. Merci aussi à mes petits doigts d’avoir tapé tout ça !


Share This
180a7bef33764ddc3baffcb40eebd3e6LLLLL