Taratata : l’histoire de la seconde émission avec Jean-Jacques Goldman

Taratata : l’histoire de la seconde émission avec Jean-Jacques Goldman

Le 17 janvier 1993, Carole Fredericks, Michael Jones et Jean-Jacques Goldman étaient les invités d'une émission musicale récente qui n'en était qu'à son second numéro : Taratata.

L’artiste invité de cette émission avait annulé sa venue au dernier moment, et Jean-Jacques Goldman a accepté de le remplacer au pied levé. Il a interprété plusieurs succès avec Michael Jones et Carole Fredericks, et a fait exploser les ventes de ses albums après son passage.

Pour les 30 ans de Taratata, Nagui revient sur l'histoire de cette deuxième émission, qui lancera définitivement Taratata.

Pour l'anecdote, le générique de l'émission est un morceau instrumental qui mélange des sonorités rock, funk et orientales qui a été composé par Jean-Jacques Goldman, à la demande de Nagui.

« C’était comment, d’interviewer Jean-Jacques Goldman ? », par le magazine La revue des médias

« C’était comment, d’interviewer Jean-Jacques Goldman ? », par le magazine La revue des médias

L’article de la "Revue des médias" intitulé C’était comment, d’interviewer Jean-Jacques Goldman ? offre un aperçu fascinant de l’expérience d’interviewer Jean-Jacques Goldman.

Jean-Jacques Goldman est connu pour sa discrétion et son désir de rester en dehors des projecteurs. Il a souvent posé des conditions strictes avant d’accepter de parler à un journaliste. Par exemple, il acceptait de donner une interview à condition de ne pas apparaître en Une du journal. C’est une approche inhabituelle, surtout si on la compare à celle de certaines stars qui conditionnent leur parole à l’assurance d’avoir leur photo en couverture.

Jean-Jacques Goldman est également connu pour ses opinions politiques et sociales. Il se méfiait des mouvements altermondialistes aux « relents de fermeture nationaliste ». Cela donne un aperçu de ses convictions et de la manière dont il voit le monde.

L’article, rédigé par Mathieu Deslandes, donne un aperçu de la personnalité de Jean-Jacques Goldman, de ses convictions et de la manière dont il gère sa carrière et sa vie publique. Il montre un homme qui, malgré sa célébrité, cherche à rester discret et à contrôler la manière dont il est perçu par le public.

Lire l'article : C’était comment, d’interviewer Jean-Jacques Goldman ?

Jean-Jacques Goldman explique la genèse de la chanson « Juste après »

Jean-Jacques Goldman explique la genèse de la chanson « Juste après »

En 1993, Jean-Jacques Goldman va composer le titre Juste après pour l'album Rouge. Cette chanson a une histoire particulière puisqu'elle a été inspirée à Jean-Jacques Goldman un soir de janvier 1990, lorsqu'il rentre tard chez lui après un enregistrement en studio.

En se mettant devant la TV, il tombe sur un documentaire qui relate le travail de sœurs missionnaires dans un hôpital au Zaïre (aujourd’hui devenu le Congo). On y voit une sœur sage-femme s'acharner afin de réanimer un nouveau-né avec le peu de moyens dont elle dispose. Jean-Jacques Goldman va se demander ce que cette femme peut faire après ce genre de situation.

En 1994, l'émission Le plein de super diffusée sur Canal + dévoile des images du documentaire qui a inspiré Jean-Jacques Goldman, et propose également une interview de cette sœur pour qui ce geste était si banal et quotidien.

Un magnifique documentaire qui se passe de commentaires.

Le documentaire

Le clip de la chanson "Juste après"

Dans les coulisses de l’album Rouge avec Erick Benzi

Dans les coulisses de l’album Rouge avec Erick Benzi

Réalisateur et arrangeurs sur de nombreux albums de Jean-Jacques Goldman, la collaboration a démarré en 1990 avec l'album Fredericks-Goldman-Jones, Erick Benzi dévoile au travers de son blog quelques coulisses de l'album Rouge en 1993.

Un mixage à l'eau - Album "Rouge" FGJ

D'abord, il raconte comment l'enregistrement de l'album, qui se déroule dans un studio résidentiel près d'Aix-en-Provence aurait pu ne pas avoir lieu à cause de pluies diluviennes et d'inondation sur la région. Lire Un mixage à l'eau - Album "Rouge" FGJ.

« Rouge », la chanson révolutionnaire

Ensuite, l'enregistrement sera délocalisé à Moscou afin d'y enregistrer les chœurs de l'ex-Armée Rouge, qu'on peut entendre sur la chanson Rouge de ce même album. Après la découverte de l'austérité soviétique de l'époque, le groupe composé de Jean-Jacques Goldman, Carole Fredericks, Michael Jones et Erick Benzi part en direction du studio d'Etat de la radio de Moscou afin de procéder à l'enregistrement, en plein crise diplomatique au sein du pays. Lire « Rouge », la chanson révolutionnaire.

« Rouge », Quand l'album se transforme en voyage

Finalement, l'enregistrement de l'album se transformera en voyage : une fois le mix terminé, le groupe d'amis prendrons la direction de l'Altas marocain pour une virée à moto, organisée par Jean-Jacques Goldman. Dans ce même temps, l'émission Fréquenstar présentée par Laurent Boyer sera enregistrée à Ouarzazate. Lire « Rouge », Quand l'album se transforme en voyage.

Jean-Jacques Goldman publie un communiqué au sujet des récentes biographies

Jean-Jacques Goldman publie un communiqué au sujet des récentes biographies

C'est au détour d'un bref communiqué publié par sa maison de disque Columbia que Jean-Jacques Goldman a fait part de l'absence d'approbation de sa part des récentes biographies, dont "Goldman" d’Ivan Jablonka.

Dans le communiqué il fait également référence à Jean Bender, qui avait publié un livre fin 2021, et qui fait actuellement le tour des médias en clamant son amitié avec Jean-Jacques Goldman.

« Je n'ai jamais "autorisé" ou donné mon accord pour aucun livre ou biographie. Et je n'ai pas le pouvoir de les interdire, même quand l'auteur, un ex-musicien que je n'ai pas vu depuis plus de 40 ans, se prétend mon ami. »

Jean-Jacques Goldman, le 5 octobre 2023

Source : Columbia France sur X (ex Twitter)